Accueil   Activités   Intervenants   Textes   Bibliographie   Ressources   Liens   Association   Plan du site





Association Terre d' Eveil Retour à la page d'accueil Méditation Vipassana à Paris

Bibliographie Thématique


Précédent
Retour à la liste
Suivant

Le culte du néant
Les philosophes et le Bouddha
Roger Pol Droit
Le Seuil 1997
366 pages, prix : 9 €
Titre original : Title- year
Traduit de l'anglais par Traducteur


Quatrième de couverture

La vogue du bouddhisme fait oublier combien sa découverte par l'Occident est récente. L'Europe commence à entrevoir le Bouddha vers 1820 seulement. Les orientalistes assemblent alors assez vite les diverses pièces - mongoles, chinoises, indiennes, tibétaines ... - de ce puzzle culturel. L'émergence d'un tel continent, jusqu'alors inconnu, commence par surprendre et par inquiéter.
La plupart des philosophes allemands et français du XIXè siècle trouvent en effet dans le bouddhisme matière à épouvante. Ils y voient une religion où "l'homme doit se faire néant" (Hégel). Cette volonté de destruction, ce "culte du néant" (Victor Cousin), célébré par une "Eglise nihiliste" (Renan), constituent une menace pour l'ordre établi. Dans l'imaginaire philosophique européen, le bouddhisme représente d'abord la négation de la vie, la destruction de soi. En retraçant l'histoire de la découverte du bouddhisme, Roger-Pol Droit écrit une page oubliée de l'histoire du nihilisme moderme.

Chroniques et points de vue

Présentation de l'éditeur
Comment les savants européens ont-ils découvert les doctrines du bouddhisme ? Quels textes ont-ils traduits ? Dans quel ordre ? A partir de quelle langue ? Et qu'ont lu les philosophes ? Hegel, Schopenhauer, Nietzsche ont-ils compris ce qu'ils avaient sous les yeux ? En France, que dirent Cousin, Quinet, Taine, Renan et tant d'autres du Bouddha ? Pour répondre à ces questions, dix ans d'enquête. Les résultats réservent quelques surprises : le bouddhisme est une découverte tardive et paradoxale en Europe. Il fut perçu d'abord comme une figure de cauchemar, une croyance nihiliste, subversive. Au-delà de l'investigation historique, ce livre conduit à s'interroger sur les mécanismes de rencontres entre les cultures, et sur le rôle qu'y joue l'imaginaire.

Présentation de l'éditeur
Le présent ouvrage reprend une 1re édition, parue au Seuil en 1997, et qui est ici augmentée d’une préface. Il sera suivi d’un autre volume de R.-P. Droit, L’Oubli de l’Inde, paru en 1989 aux Puf, et qui sera publié en poche en novembre 2004.
Le bouddhisme est à la mode mais sa découverte est récente en Europe, elle ne date que du XIXe siècle. L’émergence de ce continent inconnu effraie l’Occident, qui n’y reconnaît aucune de ses valeurs, aucun de ses systèmes de pensée. Pour les philosophes allemands et français, tels que Hegel ou Renan, qui les premiers donnent à connaître le bouddhisme, ce dernier est synonyme de négation de la vie, d’anéantissement de l’individu, de « culte du néant ». Cependant, n’est-ce pas son propre nihilisme que l’Occident met ainsi en scène ? N’est-ce pas l’Europe même, minée par l’effondrement de ses valeurs et la montée de l’athéisme, que les hommes décrivent lorsqu’ils disent faire le portrait de l’Asie bouddhiste ? L’Occident a ainsi imaginé et construit le bouddhisme afin de mieux penser ses propres maux et exorciser ses peurs.
Il s’agit d’une analyse de la découverte du bouddhisme par l’Occident : en condamnant une religion qui prône l’oubli de soi et le culte du néant, les Européens ont tenté d’éloigner le spectre de l’athéisme et du nihilisme qui minaient leurs propres sociétés.

L'auteur vu par l'éditeur
Roger-Pol Droit est chercheur au CNRS, spécialiste des représentations des doctrines orientales chez les philosophes occidentaux. Il est également écrivain et critique littéraire.

L'auteur vu par l'éditeur
Chroniqueur au "Monde", Roger-Pol Droit s’est fait connaître par des ouvrages de vulgarisation philosophique. Il est également chercheur au CNRS, où il étudie les représentations de l’Orient dans la pensée et l’imaginaire européens.
L’auteur retrace une page méconnue de l’histoire de la pensée européenne, qui est liée à sa découverte de l’Asie et du bouddhisme. Cette religion étant actuellement très à la mode, il est intéressant de voir comment, au début du XIXe, les Occidentaux l’ont perçue et pourquoi ils l’ont condamnée.



S o m m a i r e

Introduction

Le sens d'une erreur
La découverte effective du bouddhisme est un fait récent de l'histoire occidentale. Au moment où les orientalistes commencèrent à traduire des textes et à reconstituer les doctrines, les philosophes crurent comprendre qui était le Bouddha,; Ce destructeur, à leurs yeux, niait l'existence et préconisait l'anéantissement. Pourquoi revenir sur cette erreur ancienne?

Poils de tortues et détachement, 13. - Un mauvais rêve,. 15. - De l'espoir à l'effroi, 19. - La rencontre est une fiction~
22. - Naissance d'un mot et d'une chose, 25. - Des méconnaissances tenaces, 26. - Apprentissage des langues et déchiffrement des écritures, 35. - Le fil du néant, 37. -Au moins trois nihilismes, 39.

Première partie
LA NAISSANCE
(1784-1831)

1784. William Jones préside à Calcutta la première séance de la Royal Asiatick (sic) Society of Bengal. L'étude du sanskrit et de la culture indienne devient une discipline rigoureuse. Malgré tout, les doctrines liées au nom du Bouddha, qui ont disparu de l'1nde depuis le XI è siècle, demeurent encore inconnues de ce premier temps de l'indianisme.

1831. Mort de Hegel à Berlin. "L'homme doit se faire néant ", a-t-il écrit dans les dernières années, pour caractériser cette religion, désignée par un mot nouveau, " bouddhisme "". Le terme se diffuse dans les langues européennes avec les travaux des pionniers.

1- L'idole sans visage
Dans les ouvrages du XVIII è siècle, le Bouddha est fréquemment considéré comme un des éléments du "monde primitif". Presque dépourvu d'identité, il demeure, dans l'ensemble, sans relation forte au thème du néant.
Qu'est-ce que le "monde primitif"?, 47. - Le Bouddha s'appelle Mercure, 49. - Des bonzes au fond des fjords, 53. - Christ lointain, cheveux crépus, 54. - Un néant très discret, 58.

2- " Bouddou ", "philosophe distingué"
En 1817 paraît à Paris un petit opuscule aujourd'hui oublié. L'auteur est obscur, le texte rarement mentionné. Il signale pourtant, dans la manière de voir le Bouddha, des changements radicaux.
Rien qu'un homme, 62. - La vie d'un moraliste, 64. - Combien sont-ils? 69. - L'esquisse du spectre, 70

3-Un monde émerge
En une trentaine d'années (1800-1830), l'univers du bouddhisme apparaît dans sa, diversité et son unité. Les orientalistes constatent que le. culte du Bouddha est postérieur au brahmanisme. Ils esquissent l'histoire de sa diffusion en Chine, au Japon ou au Tibet, et commencent à déchiffrer des textes... Une doctrine du néant? "Mais non! " disent les savants.

Questions nouvelles, 73. - La bonne chronologie, 75. - Deux Bouddhas ou un seul?, 81. - La maîtrise des langues, 84. - Matin calme, 87.

4-" Le néant des bouddhistes"
Enfin Hegel vint. Avec lui s'installe, à la fin des années 1820, le mythe d'un culte du néant. Où a-t-il trouvé cette représentation? Quel sens le philosophe donne-t-il à cette idée?

Le pied dans la bouche, 93. - Le maître trompeur, 95. - L'Etre pur, le Rien, 101. - Du mépris à la reconnaissance, 103.

Deuxième partie
LA MENACE
(1832-1863)

1832. Eugène Burnouf est élu au Collège de France. Avec lui commence l'étude scientifique du fait bouddhique, rassemblant les données en provenance de plusieurs domaines des études orientales.
1863. La polémique autour du culte du néant est à son comble, en France, en Angleterre et en Allemagne.

5. Effroi français
C'est à Paris, d'abord, que se développe la terreur. Au Collège de France, avec Eugène Burnouf, les études bouddhiques entrent dans l'âge scientifique. Mais le parti catholique et les spiritualistes discernent dans cette doctrine de l'anéantissement le "principe du mal" qui guette l'Europe.
Le néant prudent, 114. - Le néant infâme, 116. - Le néant déplorable, 123. - Une religion négative, 131.

6. Francfort et le Tibet
Schopenhauer, à soixante-huit ans, achète un Bouddha et le fait dorer. Le lien se noue, seulement à la fin de l'œuvre, entre bouddhisme, pessimisme et négation de l'existence.
La vénération et le dorage, 138. - Une concordance proclamée, 141. - Le dernier mot, 144. - Souffle glacé, 148.

7. Classes noires et gens perdus

Gobineau croit savoir qui furent les bouddhistes: des sous-hommes qui tentèrent de renverser l'ordre des castes autrefois mis en place par les brahmanes aryens. Mais leur révolte a échoué. Y a-t-il un lien entre Gobineau et la théorie des langues de Friedrich Schlegel?
Les langues comme les races, 155. - Sauvé par la défaite, 158. - Blancheur inusable, 161. - Aube sans scission, 164. - Langues fortes, langues faibles, 166. ;:. Le Bouddha-singe, 168.

8. La fin du genre humain
Est-ce donc le néant, leur but ultime? "Oui, disent les uns, évidemment, et voilà l'erreur, et l'horreur, des bouddhistes.
- Non, sûrement pas, disent les autres, car nul ne peut désirer le néant. "La polémique s'étend en Europe.

Regrettable politesse, 177. - Question de principe, 180.

Troisième partie
LE DÉCLIN
(1864-1893)

1864. Les études savantes se multiplient. La rumeur du nihilisme se prolonge mais décroît.
1893. Le Parlement des religions se tient à Chicago. On rêve à l'époque d'œcuménisme, d'éclectisme et d'occultisme, sur fond de pessimisme littéraire. Le bouddhisme a cessé de faire peur.

9. L'invention de la faiblesse
Taine discerne dans le bouddhisme autre chose que le désir de disparaître: une révolution dans l'histoire des sentiments. Nietzsche annonce la naissance d'un nouveau bouddhisme en Europe et lui déclare la guerre.
Cinq ou six mille dissertations, 193. - Compassion bouddhiste et charité chrétienne, 199. - Le choix de la tragédie, 205. - Double face, 207. - Demain l'Europe, 210. - Les messagers de douleur, 211.

10. Le temps du pessimisme
Quelques écrivains souhaiteraient ne plus exister, s'ennuient de la tristesse du monde, soupirent après la fin prochaine. Ils consignent avec soin leurs états d'âme et chantent le néant avec application.
Pulsion de mort, 216. - Quelques tasses de lait, 219. - Le temps du néobouddhisme, 222. - Le Parlement et les Aryens, 226.

Conclusion

Un laboratoire caché
Comment est-on passé d'une religion sans Dieu au culte du néant? Serait-ce le visage de notre siècle qui s'est façonné là? Au moins pour une part...
Gens sans Dieu, 233. - Gens de peu, 234. - Gens dégénérés, 236. - Projection, oui, 237. - Anticipation, non, 239.

Annexes

Bibliographie chronologique abrégée des publications orientalistes consacrées au bouddhisme entre 1800 et 1890
Autres sources bibliographiques
 




Roger Pol-Droit

Chercheur au CNRS, Roger-Pol Droit étudie les représentations de l'Orient dans l'imaginaire philosophique européen. Il es chroniqueur au journal Le Monde.



Précédent
Retour à la liste
Suivant

Retour à la page précédente
Retour


Accueil |  Activités | IntervenantsAdhérer | Textes | Bibliographie | CD audios | Album photo | Liens |